The Coma : Recut – L’école de l’horreur



Déjà sorti sur PC en Octobre 2015, sous le nom The Coma: Cutting Class, ce jeu d’horreur Coréen nous fait aujourd’hui l’honneur de sortir sur Xbox One dans une version renommé « Recut ». Autant le dire de suite, pas de chamboulements majeurs pour cette version. L’amélioration étant avant tout essentiellement esthétique.

Mais que se passe t-il au lycée Sehwa ?

Dès les premières minutes de jeu, le ton est donné: un élève a tenté de se suicider dans l’enceinte du lycée. Notre héros, Youngho, qui a passé la nuit à étudier en vue des examens du jour apprends la nouvelle. Dans les couloirs, c’est l’agitation.  Malgré ce qu’il vient de se passer, les examens auront bien lieu. Très vite, nous tombons sur la professeur principale, Mlle Song. C’est elle qui va assurer la surveillance des épreuves. Ça tombe bien, notre personnage en est fou amoureux ! Mais voilà qu’à peine l’épreuve commencée, Youngho s’endort sur sa feuille de test. A son réveil, la classe est plongée dans le noir et il n’y a plus personne. Le lycée semble vide, les vitres incassables, bien des portes sont désormais fermées ou bloquées. Au détour d’un couloir nous tombons sur Mlle Song.. qui cette fois va essayer de nous tuer, couteau à la main tout en poussant d’horribles cris inhumains ! A l’instar du décor, la demoiselle semble devenue ténébreuse.

Youngho est-il plongé dans un cauchemar dont il ne parvient pas à se réveiller ? S’est-il retrouvé projeté dans une autre dimension ? Qui est cette mystérieuse écolière qui semble comprendre la situation ? Vos camarades sont-ils des alliés ou des ennemis ? Autant de questions qu’il vous faudra répondre tout en survivant aux assauts répétés de la sombre demoiselle qui vous ne lâchera pas d’une semelle !

Derrière l’histoire de ce survival-horror se cache en réalité une critique du milieu scolaire Coréen. Les étudiants ayant là-bas de très longues journées fatigantes avec plus de cinquante heures de cours par semaine. Impensable ici en France !

Le jeu, entièrement en français, vous demandera de temps à autre de faire des choix. Ces choix ont une importance dans le déroulement de l’histoire, puisque le jeu offre plusieurs fins en fonction de vos décisions. Un point positif qui agrandit une durée de vie un peu faiblarde de base. Comptez en effet 4 ou 5 heures pour finir le jeu une première fois, un peu plus si vous prenez le temps de tout fouiller et de ramasser toutes les notes.

En parlant de notes, ne vous avisez pas de les consulter si vous n’êtes pas caché dans un placard où à l’abri dans la cafétéria (seul lieu sûr du jeu du moins au début). En effet le jeu ne se met pas en pause lorsque vous êtes dans votre inventaire et la tueuse peut très bien arriver dans votre dos à ce moment précis ! Le jeu a beau être court, la pression ne fait que s’accentuer du début à la fin. Mlle Song apparaitra en effet bien plus fréquemment à mesure de votre progression et sera plus agressive dans la seconde partie du jeu. Votre seule défense ? La fuite ! Youngho n’a en effet aucune arme sur lui. La seule manière d’esquiver l’ennemie sera donc de se cacher dans des placards, de courir dans les couloirs pour la semer (du moins tant que votre endurance le permet), ou encore de se planquer dans un coin en retenant sa respiration.

Mais attention, d’autres abominations rôdent parfois dans les couloirs ou les salles de classe, et vos points de vie pourraient bien vite fondre comme neige au soleil… Heureusement, vous pourrez parfois trouver ou acheter quelques items pour restaurer vos points de vie ou votre endurance. Attention cependant, vous n’avez la place que pour six objets dans votre sac à dos dans cette version Recut, contre tout de même vingt-quatre dans la version Cutting Class !

Court mais haletant, The Coma: Recut ne vous laissera que très rarement de répit. On peut néanmoins reprocher une certaine redondance dans les salles et couloirs que notre héros visite, de même que dans les quêtes, qui consisteront généralement à trouver un objet pour tel ou tel personnage. Les allers retours sont donc assez redondants et cassent quelque peu le rythme du jeu. Pour les chasseurs de succès, ceux-ci tombent rapidement et facilement dans l’ensemble. Il suffira en effet d’accomplir bêtement certaines actions (liées à l’histoire) ou de parler à certains personnages pour en débloquer la majeure partie.


Si vous êtes en manque de survival horror, The Coma: Recut parviendra sans nul doute à vous divertir quelques heures. Bien plus si vous voulez voir toutes les fins. Pour moins de quinze euros, l’expérience mérite grandement d’être vécue. Et comme d’habitude avec ce genre de jeu, jouez-y de préférence le soir, le casque vissé sur les oreilles : l’ambiance sonore étant en effet franchement réussie. Le casque vous permettra de plus d’entendre des bruits quasi inaudibles sur votre téléviseur, comme les pas de notre charmante et dangereuse psychopathe…


Jeu testé par Ashen à partir d’un review code sur Xbox One fourni par l’éditeur

The Coma : Recut

14,99€
The Coma : Recut
71.666666666667

Graphismes

8/10

    Son

    9/10

      Gameplay

      7/10

        Durée de vie

        6/10

          Rapport qualité/prix

          7/10

            Interêt des succès

            6/10

              Pour

              • Ambiance au top
              • Une bande son réussie
              • Esthétiquement agréable

              Contre

              • Une aventure un peu courte
              • Trop d’allers retours
                 

              Laisser un commentaire