The Evil Within 2 – Un retour marquant?



En octobre 2014, The Evil Within avait marqué au fer blanc le joueur par son ambiance glauque, gore et très viscérale. Une sensation de peur perpétuel rarement ressenti auparavant, m’avait tenu en haleine tout le long de ce titre. Maintenant, vous comprenez mon impatience à parler du deuxième opus qui est censé dévoiler un peu plus du scénario du premier épisode. Corrige-t-il les quelques errements de son prédécesseur ? La peur est toujours au rendez-vous? Voyons ensemble ce que cette suite a à nous offrir de nouveau.

Trois ans après les événements de The Evil Within, Sebastian Castellanos a désormais quitté la police de la ville de Krimson pour traquer la mystérieuse organisation Mobius, cependant il continue à être hanté par ce qu’il a vécu à Beacon, la disparition de sa femme Myra et la mort de sa fille Lily lors d’un incendie. Noyant ses peines dans un bar, Sebastian est alors approché  par son ancienne partenaire Juli Kidman, qui lui révèle que Lily est toujours en vie. Mais pour la retrouver, Sebastian va devoir retourner dans le Stem. Pour ceux qui l’ignore, le Stem est une  machine capable de créer un monde virtuel. Mais pour en assurer le bon fonctionnement, cette machine nécessite un noyau. Mais certaines personnes malintentionnées veulent se l’approprier afin de manipuler ce monde irréel à leur façon.

Bienvenue dans la « belle » ville de Union, lieu où se déroule l’histoire de The Evil Within 2. Adieu, les niveaux de type « couloir » du premier opus dans l’hôpital de Beacon, place maintenant à un monde semi-ouvert qui marque donc une évolution notable dans la série. Malgré ça, on s’aperçoit très vite que notre champ d’action ne sera pas énorme, et que la discrétion sera le maitre mot de ce nouvel épisode.  Pour survivre, il faudra donc éviter les combats en se cachant derrière un véhicule pour ensuite contourner les ennemis. Avec peu de munitions dans votre chargeur, il va falloir se débrouiller autrement. Contrairement à The Evil Within, les ressources ici tiennent une place très importante. Vous allez devoir récupérer des ressources afin de vous confectionner des munitions pour vos différentes armes. Chose importante, il sera possible de fabriquer des objets où vous le souhaitez, mise à part que les ressources nécessaires seront plus importantes que dans l’atelier réservé à cet effet. Pour espérer progresser en point d’expérience, Sebastian récoltera un liquide vert en tuant les créatures hideuses que polluent la ville, pour ensuite échanger cette substance contre des améliorations auprès des infirmières.

Hormis la mission principale, le jeu regorge de quêtes secondaires qui ne manqueront pas de pimenter votre aventure.

The Evil Within m’avait déçu d’un point de vue technique à cause d’une résolution trop basse, du moins sur Xbox One, et un framerate au limite de l’acceptable. The Evil Within 2 s’en sort cette fois-ci avec les honneurs sur Xbox One S, même s’il ne nous décolle toujours pas la rétine. Suite à la sortie de la Xbox One X, l’éditeur Bethesda nous avait promis un patch d’amélioration estampillé « Xbox One X Enhanced » résolvant les problèmes techniques de la précédente console. Après y avoir joué sur X, je peux vous dire que le jeu se voit grandement amélioré avec une résolution revue à la hausse mais surtout un framerate stabilisé permettant une meilleure distance d’affichage. L’éditeur a même d’ailleurs intégrer deux modes d’affichage pour privilégier soit les graphismes ou soit le taux de rafraichissement dans le jeu. Le moteur du jeu propose une excellente gestion des lumières et des ombres conférant au titre son ambiance horrifique.

L’ambiance sonore du jeu est sans aucun doute son gros point fort. Le grincement crispant à l’ouverture d’une porte, un claquement suspect à l’activation d’un mécanisme et des musiques qui accélèrent ou ralentissent en fonction des situations, tout y est pour mettre le joueur dans une sensation de mal-être. Que l’on veuille ou non, le jeu possède des moments de tension, qui nous accrochent littéralement à notre siège.

The Evil Within 2 possède une durée de vie satisfaisante grâce à l’apport des missions secondaires et à l’exploration que l’on pourra faire en ville. Union se dévoilera au fil des missions que les PNJ vous demanderont d’effectuer. La ville cache aussi un grand nombre de collectibles à récupérer (122 quand même !!) Vous allez en passer du temps à arpenter chaque parcelle de terre de la ville de Union pour tous les trouver. Une fois le jeu terminé, la rejouabilité est presque nulle, sauf si vous vous sentez d’attaque pour recommencer le jeu dans les difficultés supérieures.


Trois ans après The Evil Within, ce deuxième épisode marque un retour en puissance de la licence. En gommant les erreurs de son ainé et toujours épaulé par une ambiance oppressante, The Evil Within 2 est un titre majeur de cet fin d’année pour quiconque aime les jeu de survie et d’horreur. La sensation de liberté et de souplesse donne une nouveau souffle à un titre qui en manquait un peu. Je vous conseille tout de même de jouer avant au premier pour voir que le jeu a bien évolué depuis 2014.


jeu testé par PSG4ever à partir d’un review code sur Xbox One X fourni par l’éditeur

The Evil Within 2

69,99€
The Evil Within 2
8.1

Graphismes

8.0 /10

Son

9.0 /10

Gameplay

7.0 /10

Durée de vie

8.5 /10

Rapport qualité/prix

8.0 /10

Interêt des succès

8.0 /10

Pour

  • Ambiance glacante
  • Le monde semi ouvert de Union
  • Les cinématiques
  • La bande son au top
  • Une très bonne durée de vie

Contre

  • Toujours un peu rigide
  • Le bestiaire manque de variété
   

Laisser un commentaire