theHunter : Call of the Wild – Promenons-nous dans les bois



Il est temps de faire une promenade… Depuis plus de 40 minutes vous êtes à la chasse, traquant cette biche. Vous l’avez d’abord repéré près d’un ruisseau que vous avez trouvé lors de vos déambulations dans la forêt. Vous vous posez, prêt à tirer, le doigt sur la gâchette mais une petite branche ploie et craque sur votre poids; l’animal apeuré fuit à toutes enjambées, vous vous lancez à sa poursuite… La traque commence, vous suivez un sentier perdu dans les sous-bois et commencez à trouver des fientes fraîches; votre chasse vous amène, à travers les champs, au bas des collines. Finalement, vous percevez un râle. C’est proche. C’est votre biche, vous le savez ! Vous vous laissez tomber à plat ventre pour observer en silence votre environnement. Elle est là, à seulement quinze ou vingt mètres. Vous attendez un moment, laissez votre fréquence cardiaque se ralentir afin de pouvoir viser de manière plus stable. Une fois qu’elle est revenue à un rythme normal, vous visez.

Elle pâture, son cou plié vers le sol. Vous faites une pause, en attendant qu’elle lève la tête. Vous inspirez et maintenez votre souffle, puis serrez la gâchette fermement. Le coup part, un énorme flot de fumée apparaît au bout du canon. Vous attendez un moment pour que la fumée s’échappe, puis vous vous dirigez vers la biche. Elle est morte. L’option trophée apparaît. Vous appuyez sur le bouton concerné et le jeu vous donne une analyse détaillée de votre tir.

The Hunter: Call of the Wild est une simulation de chasse assez réaliste. Propulsé par le moteur Unreal Engine 4, Avalanche Studios et Expansive Worlds ont conçu un environnement impressionnant et détaillé. Les arbres sont agités par les rafales de vent, les feuilles bougent, les buissons s’aplatissent etc… Les jeux de lumières, avec les rayons du soleil perçant à travers les branches des arbres, sont tout bonnement phénoménaux. Le design sonore est aussi très immersif, les oiseaux chantent, les branches bruissent.

On pourrait presque se croire en pleine nature..

Le jeu offre deux réserves à parcourir, une en Europe et une autre dans le grand Ouest Américain, toutes deux aussi vastes. Et quand on dit vaste, on ne rigole pas. Lorsque vous définissez un marqueur dans le jeu, il vous indiquera combien de temps il faudra marcher depuis votre emplacement actuel. Voir des valeurs supérieures à une heure n’est pas inhabituel.

Le jeu suit un schéma assez précis dans son déroulement. Trouver un animal ou suivre ses traces. Suivez-le avec précaution et minutie. À la fin de la piste, en supposant que vous avez été assez silencieux et prudent, vous trouverez une bête. Si vous le tuez, vous pourrez récolter un trophée sinon il faudra repartir à la traque.

Le jeu tente de masquer sa simplicité en empilant certains éléments RPG. Il existe aussi des quêtes principales et secondaires à compléter dont la grande majorité sont ultra basiques type «aller ici, faire cela» Fedex. Des armes peuvent être achetées, modifiées avec différents viseurs, même les munitions que vous utilisez peuvent être modifiables selon la bête que vous traquez. Au fur et à mesure de votre aventure, l’aspect simulation du soft, se révèle assez profond; le vent et la distance doivent tous deux être pris en compte lors de chaque tir, cet aspect très réaliste du soft est vraiment un bon point. Au début, la marche à travers l’environnement est relaxante, cependant les visuels à couper le souffle cessent rapidement d’émerveiller. Les chasses deviennent fastidieuses, en particulier lorsque vous manquez de pistes à suivre sans aucun signe animal. Il existe différents animaux à chasser dans chacune des réserves, mais le processus reste globalement le même. L’utilisation de leurres et de parfums s’acquiert plus tard dans le jeu mais malheureusement cela ne transcendera pas le gameplay.


Finalement, The Hunter: Call Of The Wild ressemble à un tir manqué. Les graphismes sont magnifiques mais le gameplay se retrouve vite redondant. Je ne m’attendais pas à un shooter ultra nerveux bourré d’actions, mais à un scénario un peu plus amusant. Concrètement, le jeu offre une superbe promenade frustrante dans les bois qui pourrait être attrayante pour ceux qui ont de la patience. Toutefois, si vous n’êtes pas du genre patient, passez votre chemin.


Jeu testé par Clemicles à partir d’un review code du jeu sur Xbox One fourni par l’éditeur

TheHunter : Call of the Wild

39,99€
TheHunter : Call of the Wild
65

Graphismes

8/10

    Son

    8/10

      Gameplay

      6/10

        Durée de vie

        7/10

          Rapport qualité/prix

          5/10

            Interêt des succès

            5/10

              Pour

              • Environnement très détaillé
              • Le son de haute qualité
              • Graphisme charmant

              Contre

              • Lassitude et répétitivité
                 

              Laisser un commentaire