[TEST] Masquerade the Baubles of Doom sur Xbox One



Masquerade the Baubles of Doom développé par le studio australien Big Ant Studios est un Beat’em All dans un monde très coloré envahi par des clowns diaboliques. Est ce que le jeu mérite de se trouver dans votre ludothèque? Je vous donne mon avis sur le jeu dans les lignes qui suivent…

Les Orbes des druides, les deux sphères les plus puissantes du pays attire les convoitises des plus téméraires. En effet, la légende dit que si une personne détient ces deux orbes, elle obtiendra un pouvoir immense . Cette histoire est parvenu aux oreilles des Clowns, une armée de sombres maniaques, qui se mirent immédiatement à la recherche de celles-ci. Le personne que l’on contrôle se nomme Jax, comique de service à la peau bleue un peu fou et toujours prêt à faire des blagues de mauvais goût pour amuser la galerie. Il est accompagné par la plantureuse et énigmatique Comedia plus rationnelle et sensée que lui. Tous deux, sont également à la recherche des Orbes mais ils ont un avantage de poids contrairement aux Clowns puisqu’ils possèdent la carte aux trésors des Orbes. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu et Comedia se fait kidnapper par les Clowns. Ni une ni deux, Jax part à la rencontre du chef des Clowns qui détient sa belle. Le scénario manque cruellement d’originalité et sert de prétexte à la castagne.

 

Masquerade_screenshot_01

 

Le jeu se joue à la manière d’un beat’em All dans un environnement 3D avec des séquences de plateformes plutôt basique. Le jeu se déroule sur 8 actes où Jax devra affronter des hordes de clowns avec son marteau en plastique (seule arme du jeu !!) avant d’affronter le Lieutenant du chef des Clowns. Malheureusement, les combats sont très basique, on frappe, on évite et on contre les attaques à la manière des jeux Batman Arkham mais exploités de façon trop sommaire. Les combats sont trop mous et beaucoup trop répétitifs. Les environnements quand à eux sont très réussis avec un jolie cellshading coloré agrémentant parfaitement l’humour du jeu. On se croirait devant un dessin animé des années 80. Les scènes cinématiques qui entrecoupent les actes sont réellement intéressantes et très bien réalisées, la dessus rien à dire c’est du bon boulot. Bien que réussis, les environnements sont bien trop peu nombreux, et une certaine lassitude s’installe au bout d’une heure de jeu où on a l’impression de toujours faire la même chose. Comme tout bon Beat’em All qui se respecte, on trouve à la fin de chaque niveau une évaluation sous forme d’étoiles correspondant au nombre de combos, nombre de vies utilisés etc.. On pourra comparer ses résultats avec les autres joueurs dans un classement mondial.

 

Masquerade_screenshot_02

Les graphismes du jeu sont fins et très colorés mais les animations souffrent de quelques errements notamment la présence de chute de framerate de ci de là. Les effets sonores sont assez cohérents avec des sons plutôt festifs relatifs aux clowns et au cirque, le point fort du titre étant son humour potache, les musiques et effets sonores sont raccords avec le thème. Un petit soucis de caméra vient entacher le gameplay avec un positionnement de la caméra un peu douteux lors des combats. En effet, le jeu zoom un peu de trop sur notre personnage empêchant de voir les ennemis placés sur les cotés. Malgré un petit budget, Le jeu a tout de même le mérite d’être sous-titré en français pour les non anglophones, merci pour eux.

Masquerade the Baubles of Doom est un jeu sympathique, drôle par moment doté d’un excellent background mais pas assez abouti à mon goût. Le gameplay trop répétitif et le contenu trop limité nuisent au plaisir de jeu. On attend de voir ceux que nous réserve Big Ant Studios dans la suite de cette aventure…

 

Jeu fourni par l’éditeur pour le test

Masquerade the Baubles of Doom - Xbox One

Masquerade the Baubles of Doom - Xbox One
6.1

Graphisme

7.0/10

son

7.0/10

gameplay

5.0/10

durée de vie

5.5/10

Rapport qualité/prix

6.0/10

Pour

  • Humour
  • Un univers sympathique

Contre

  • Combats trop sommaires
  • Quelques ralentissements
  • Problèmes de caméra
   

Laisser un commentaire