TEST – BRUTAL RAGE – Le Beat’em up rétro à la française !



TEST BRUTAL RAGE XWFR

2BAD Games ça vous parle ? Non ? Eh bien sachez que derrière ce studio français se cache en réalité un seul homme, Tony de Lucia, déjà responsable du très bon 2URVIVE. L’homme remet le couvert cette année avec un beat’em up, répondant au nom de BRUTAL RAGE. Évidemment inspiré de Streets of Rage (dont la sortie du quatrième opus arrive à grands pas !) ou encore de Double Dragon ou Final Fight, le jeu est à l’heure actuelle une exclusivité indé pour la console de Microsoft. Alors forcément chez Xbox World, on s’est intéressé au titre d’un peu plus près ! Voici mon verdict.


« Il était flic et il faisait du bon travail, mais il avait commis le crime le plus grave » … Non je ne parle pas de Lorenzo Lamas dans la série Le Rebelle, mais bien de l’histoire de BRUTAL RAGE ! En effet vous dirigez un policier qui va devoir laver son honneur, accusé d’un meurtre qu’il n’a évidemment pas commis. Mais qui est donc cet homme au visage brûlé ? Et qui peut bien vouloir votre peau de super flic ? Pour faire la lumière sur toutes ces questions il faudra traverser six niveaux, tous plein de volontaires pour se faire briser les rotules et la mâchoire. Des méchants qui comme bien souvent dans ce genre de jeu semblent sortir tout droit d’une usine à clones !

Après un petit tour obligatoire par le mode entrainement pour se familiariser aux commandes, le joueur à accès au mode histoire et peut choisir entre deux personnages (plus un troisième caché). Quelque soit votre choix, sachez que les héros se battent globalement de la même manière et que leurs attaques sont bien moins variés que dans un Streets of Rage par exemple. En revanche vous pouvez changer de personnage entre les niveaux ce qui est ma foi bien sympathique. Les transitions entre les niveaux sont assez originales, puisque qu’elles se présentent sous la forme d’un film découpé en plusieurs VHS !

Outre l’histoire il est possible d’affronter des ennemis dans des arènes dans le mode Brutal Club. C’est là bien évidemment un clin d’œil au film Fight Club ! Dans ce mode il faudra résister à 10 vagues d’ennemis et à un boss, cela avec une seule vie. Heureusement des caisses contenant de la santé sont présentes pour vous aider à survivre, de même que quelques armes de mêlée. À noter que ce mode propose trois difficultés : facile, normal et difficile. Au passage, sachez que tous les modes de jeu sont jouables à deux en local !

Visuellement vous l’aurez remarqué, Brutal Club verse dans le Old School, avec des graphismes en pixels. Si cela parlera sans doute plus aux vieux de la vieille (comme moi !) il faut bien admettre que le rendu est plutôt bon, surtout quand on sait que l’ensemble du jeu est fait par une seule et même personne. Côté musique en revanche ce n’est pas l’éclate, avec des thèmes peu nombreux dans un style rétro et assez répétitifs. Les voix digit sont par contre elles plutôt réussies.

Le développeur a eu la très bonne idée d’inclure une barre de rage, qui monte à force de taper sur les ennemis. Une fois pleine et activée, votre personnage devient très puissant le temps de quelques secondes, et il est alors possible de mettre au tapis vos adversaires d’un seul coup de poing ou de pied ! Et cette capacité ne sera pas de trop pour parvenir à terminer le jeu. Car hormis en mode facile où les crédits sont illimités, BRUTAL RAGE propose un challenge parfois assez corsé, avec des boss très difficiles à vaincre.

Ces derniers se comportent un peu comme des robots et ne vous lâchent jamais, usant même parfois d’attaques à têtes chercheuses inévitables (comme celles du boss final). On se contente donc de courir un peu partout autour d’eux, essayant de temps à autre de placer une attaque pour s’enfuir de nouveau. Des combats de boss pas très passionnants et un peu frustrants donc. Le mapping de base des touches n’arrange rien, avec un saut que l’on aurait plutôt imaginé sur la touche A et non sur la B. Espérons qu’une petite mise à jour arrive pour laisser au joueur la possibilité de configurer librement cela.

Tout au long de l’histoire, l’humour est de la partie, et certains dialogues (au langage assez familier) sont vraiment drôles de même que la plupart des situations. Un peu comme dans Rawal Rumble donc pour les connaisseurs. BRUTAL RAGE tente également de varier un peu son contenu, en incluant des passages jouables en moto ou en amenant les joueurs dans des environnements assez différents (comme une prison, un train, un casino…). Si cela n’a rien de très original pour qui est un habitué de ce type de jeu, on remarque tout de même un effort, notamment dans la scénarisation. En effet le héros n’est jamais lâché dans un lieu sans explications et chaque stage comporte ses lignes de dialogues.


Affiché à moins de sept euros à sa sortie, BRUTAL RAGE est un bon petit beat’em up classique plein d’humour qui se laisse agréablement jouer, que ce soit seul ou en local avec un ami. Alors certes, techniquement le jeu n’est pas une tuerie, mais il ne faut pas oublier que le titre est réalisé par une seule personne. Et puis il faut bien avouer que pour le prix, le contenu proposé est plus que correct. De ce fait, BRUTAL RAGE est à prendre pour ce qu’il est : un sympathique hommage aux beat’em up des années 80/90.


Jeu testé sur XBOX ONE X à partir d’un review code fourni par le développeur Tony De Lucia (2BAD Games)

   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.