[TEST] Death Squared : la coopération au carré



Death Squared - Xbox-world.fr

Death Squared est développé par la société SMG Studio, basée à Sydney, en Australie, qui a un pedigree axé sur des petites productions indépendantes. Leurs jeux sont très souvent charmants et colorés, bien évidemment Death Squared s’intègre parfaitement à leur style habituel. Le but du jeu est simple: diriger un robot-cube à travers une chambre d’essai jusqu’à sa couleur correspondante de l’autre côté de la salle. Plutôt facile non?

Ce qui rend ce concept intéressant est la manière dont les développeurs ont construit les chambres de test. Chacun des niveaux est rempli de divers pièges, plates-formes amovibles, lasers et barrières empêchant l’accès à l’objectif désiré. Les joueurs seront forcés d’apprendre et de s’adapter en fonction des différents pièges qui jalonnent leurs aventures. Death Squared peut être joué seul; cependant l’expérience qu’a voulue transmettre le studio, est avant tout pensée pour le “coop”.

C’est l’un des rares puzzle-game qui propose une expérience coopérative de par la conception de ses niveaux. Ces chambres d’essai sont conçues pour être testées avec des amis; les solutions viennent de l’entraide entre les joueurs qui se met en place grâce à des mécaniques plutôt bien huilées telles que des boutons à presser pour garder les pièges à distance ou bloquer physiquement un laser avec son cube pour empêcher le cube d’un allié d’être détruit. J’ai joué une poignée de niveaux seul, mais le soft tire clairement son épingle du jeu dans la coopération. Les chambres d’essai sont construites de manière assez complexes, quant à la difficulté, elle est bien jaugée, ce qui rend la progression très naturelle.

L’effort remarquable de SMG est le monde qu’ils ont créé pour Death Squared. L’écriture et les choix esthétiques alimentent directement le gameplay créant une homogénéité au sein même du titre. Je pense que le soft serait beaucoup moins intéressant sans cette profondeur dans le level-design et dans les dialogues.

L’histoire du jeu comporte deux personnages. David est un testeur robotique qui est chargé de faire marcher les robots-cube à travers les différentes chambres. Son compagnon, Iris, une Intelligence Artificielle, gère les tests et est dépourvu de toute émotion. Les dialogues entre David et IRIS représentent un des points majeurs de l’expérience. Chaque niveau regorge de répliques différentes qui sont parfaitement calibrées en fonction de l’échec de vos tentatives. Honnêtement, je ne pense pas avoir entendu deux fois la mêmes réplique et pourtant je suis mort beaucoup… beaucoup…beaucoup trop de fois.

Un autre aspect récurrent du titre: la mort. C’est le mécanisme d’apprentissage par excellence. Chaque fois que les cubes tombent dans le vide, se font griller par des lasers ou embrocher par des piques, nous apprenons de nos erreurs. C’est cette capacité d’adaptation qui crée la réelle force de ce titre, même si l’on pourrait craindre une certaine répétitivité  notamment due aux morts régulières, les dialogues sont là pour apporter la touche d’ humour et de légèreté qui sied parfaitement dans ce genre de situation de frustration.

Death Squared ressemble à une expérience sociale. Il a été vendu comme un jeu à jouer avec des «non-joueurs». Certes l’accessibilité du soft se fait très facilement car il repose sur des principes simples; cependant vos notions de logique seront parfois mises à rude épreuve. C’est pour cela que la coopération et la communication avec votre binôme seront les clés de réussite pour franchir toutes les étapes. Comme toute activité de groupe, l’expérience dépend entièrement de la dynamique de l’équipe, il faudra donc apprendre à naviguer contre vents et marées avec votre équipage.

Death Squared utilise des contrôles ULTRA basiques; pour déplacer votre cube, le stick analogique sera votre seul et unique outil, le reste sera pour le style. Pour ce qui est de la partie sonore, le soft utilise des musiques très minimalistes, mélangeant l’étrange et l’inquiétant. On a parfois l’impression de se retrouver perdu dans le cosmos. Je ne peux que souligner combien l’ambiance générale du jeu fonctionne bien, même si on voit clairement les ressemblances avec Portal. Pour ce qui est du design visuel, il n’a pas seulement l’air imposant, mais il fait aussi partie intégrante de la manière d’aborder le jeu avec ses amis pour résoudre chaque énigme.


Death Squared est simple, addictif et stimulant, il y a une bonne quantité de niveaux disponibles (+80) et c’est plus que suffisant pour créer des conflits avec vos amis. Le seul défaut du titre est qu’il manque la possibilité de pouvoir s’adonner au plaisir de la coopération en ligne. Bref si vous cherchez une bonne expérience en solo ou en équipe, je vous recommande d’essayer Death Squared.


Test du jeu réalisé par Clemicles à partir d’un review code sur Xbox One

 

Death Squared - Xbox One

Death Squared - Xbox One
71.666666666667

Graphismes

7/10

    Son

    7/10

      Gameplay

      8/10

        Durée de vie

        8/10

          Rapport qualité/prix

          8/10

            Interêt des succès

            7/10

              Pour

              • Ambiance générale
              • Un level design recherché
              • Un jeu excellent en coopération

              Contre

              • absence de mode en ligne
              • Peut briser les amitiés de longue date
                 

              Laisser un commentaire